Retour sur notre première formation apiculture à l’Eco-domaine !

  • -

Retour sur notre première formation apiculture à l’Eco-domaine !

Créer sa propre ruche, sur son balcon ou dans son jardin : un jeu d’enfants !

 

S’occuper soi-même de ses abeilles et produire son propre miel sont devenus une activités à porté de tous. A l’Eco-domaine de Bouquetot, on forme à l’apiculture naturelle.

Article paru dans Pays d’Auge le 24/03/2017 par Delphine Revol

Olivier Duprez, apprend le fonctionnement des ruches Warrés aux stagiaires de l’éco-domaine.

Les abeilles fascinent autant qu’elles peuvent effrayer. Alors que ces petits insectes sont scientifiquement reconnus comme espèce en voie de disparition, il est possible, à tout un chacun, de devenir apiculteur amateur, et ainsi contribuer à l’équilibre de la biodiversité locale, que ce soit par intérêt personnel, ou pour développer une activité complémentaire sur une exploitation agricole par exemple.

Pour ce stage, nous avons trois participants en reconversion professionnelle. Les autres viennent à titre particulier, et tous sont débutants

précise Loïc Leroy, coordinateur au sein de l’association Ecopya, gestionnaire de l’éco-domaine de Bouquetot de Saint-Pierre-Azif (Calvados). « Le but est qu’à l’issue de ces deux jours de formation, les stagiaires soient capables de s’occuper eux-mêmes de quelques ruches » ajoute Olivier Duprez, apiculteur et formateur au Rucher-Ecole (Gonneville-sur-Mer).

L’abeille aime la ville

Et l’apiculture n’est pas le seul apanage des propriétaires de jardins. « L’abeille vit très bien en ville, même mieux qu’à la campagne car il y a moins de pesticides » précise le formateur. Pas besoin non plus d’une grande surface :

Une ruche a besoin d’un mètre carré seulement. Donc sur un balcon ou un toit, c’est très bien. C’est pour cela que l’apiculture se développe dans les grandes villes.

Pour cela, la ruche Warré horizontale est idéale. Simple d’utilisation, elle ne nécessite pas ou peu de matériel. « C’est beaucoup plus simple d’emploi, c’est très peu onéreux, et ne demande aucun matériel » assure Olivier Duprez. Une boîte en bois suffit pour la base, « et les abeilles construisent elles-mêmes leurs rayons ». Une fois trouvé l’essaim d’abeilles, l’affaire est dans le sac.

15 à 20 kg de miel

Chaque ruche fait travailler 50 000 abeilles, en pleine saison. Pour un rendement intéressant :

Avec trois ou quatre ruches, on peut récolter entre 15 et 20 kg de miel tous les ans. C’est sympa car on peut en faire des cadeaux à la famille et aux copains.

Le stage se déroule sur un ou deux jours. Dans un premier temps, les participants apprennent tout ce qu’il se doit sur les abeilles, sur les colonies et sur leurs habitations. « On étudie ensuite les pratiques apicoles, la réglementation, des généralités sur le miel, sur les assurances, etc. ».

La deuxième partie permet aux stagiaires de voir comment fonctionnent les ruches Warré dans la pratique. Sur le domaine de Bouquetot, Olivier Duprez dispose de quelques ruches, un outil pédagogique en conditions réelles : royal !

Stages à l’éco-domaine
Dans le cade du PTCE (Pôle territorial de coopération économique), l’association Ecopya, qui gère l’éco-domaine du Bouquetot à Saint-Pierre-Azif est en cours d’obtention de l’agrément « organisme de formation ». Elle vient de lancer son premier stage en apiculture (ruche Warré), qu’elle reconduira cet été, compte tenu de la forte demande. Pour les particuliers le stage se déroulera sur deux journées (90€ par jour et par personne).

Le 10 juin, Ecopya lance une nouvelle formation sur les plantes sauvages (reconnaissance, cueillette, cuisine) sur une journée. Trois autres sessions de formation en aromathérapie et phytothérapie (huiles essentielles) seront aussi proposées en octobre, novembre et décembre prochain. Les formations de l’éco-domaines’adressent aux particuliers mais aussi aux professionnels et peuvent être financées en fonction des caisses de formation.


Menu Title